Moins et mieux consommer avec une isolation bien adaptée. La problématique du chauffage d’une maison a évolué sous la double contrainte des incertitudes et des variations du prix des énergies fossiles (pétrole et gaz)… En plus de la nécessité de protéger la planète des émissions polluantes. Il en résulte l’obligation incontournable de consommer moins d’énergie et de recourir à d’autres formes d’énergie.

Consomme moins

Le meilleur moyen d’économiser de l’énergie est de consommer moins. Et comme personne ne veut baisser le niveau de confort, il faut commencer par dépenser moins.

L’isolation des maisons

Elle est rapidement apparue comme la première des contraintes à respecter pour réduire la consommation d’énergie… Tout en augmentant la sensation de confort. Différents matériaux et techniques d’isolation permettent aujourd’hui d’améliorer l’isolation et l’étanchéité… De ce que les professionnels appellent l’enveloppe : toiture, murs, portes et fenêtres et sol.

Augmentation des performances de l’appareil

C’est le challenge des industriels du chauffage qui ont dû produire des appareils à la fois plus performants (chaudières à condensation par exemple) et moins émetteurs de gaz nocifs (ce qui va de pair). En même temps, il s’agissait de mieux gérer les appareils en limitant leur fonctionnement à la température (thermostat)… Ainsi qu’aux plages strictement nécessaires au confort (programmation).

mieux consommer

L’utilisation des énergies renouvelables

C’est la meilleure façon de consommer, sans épuiser les ressources naturelles et sans émissions nocives pour l’environnement. Le bois, mais surtout l’extraction de calories par la pompe à chaleur, ou encore l’utilisation de l’énergie solaire sont donc à l’ordre du jour.

L’isolation des murs intérieurs est l’une des premières choses à faire lorsque l’on souhaite améliorer le bilan énergétique d’une maison, surtout si elle est en parpaings. Lorsque les combles ne sont pas utilisés, le plus simple est de dérouler l’isolant au sol. Les doubles et maintenant triples vitrages permettent d’améliorer significativement les performances énergétiques des fenêtres. La chaudière bois peut désormais légitimement concurrencer une chaudière fioul pour une installation de chauffage central. Le chauffage au sol est plus adapté à l’utilisation de pompes à chaleur ou de chaudières basse température.

Comment isoler les murs de l’intérieur?

Les murs d’une maison en constituent un important. De même, il peut être important d’isoler des cloisons intérieures entre deux pièces chauffées différemment. Le moyen le plus classique d’y remédier est de les isoler de l’intérieur.

besoins d’isolation

Dans une maison, 16 % des déperditions de chaleur se font par les murs lorsqu’ils ne sont pas isolés. Il est donc primordial de bien isoler les murs. Bien entendu, les besoins en isolation peuvent varier en fonction de la nature même des murs… Et donc de leur résistance thermique. Cependant, si les murs d’une maison en béton cellulaire ou en brique multicellulaire (Monomur) n’ont pratiquement pas besoin d’isolation intérieure, il en va tout autrement lorsqu’ils sont en brique pleine, en parpaing ou en pierre. Contrairement aux idées reçues, un mur très épais, par exemple en granit, ne protège pas du froid : ainsi, un mur de 60 cm d’épaisseur de ce type est trente fois moins isolant qu’une couche de laine minérale de 20 cm.

isolateurs

La solution la plus simple et la plus efficace pour isoler un mur est la laine minérale ou végétale, ou le polystyrène expansé ou extrudé. Les panneaux de fibres de bois ou de cellulose sont également une excellente solution.

Les différents types de placement.

Le type d’isolation et la méthode d’installation à utiliser sont étroitement liés à la nature de la maçonnerie et aux besoins d’isolation.

Voici quelques solutions couramment pratiquées.

doublure collée

Si le mur est régulier et parfaitement sain (par exemple un mur en parpaings récent)… Le collage direct de panneaux mixtes associant un isolant (laine minérale ou polystyrène expansé) et une plaque de plâtre stratifié… C’est le plus simple et le plus rapide.

Allongé dans le cadre

Bien que cette technique soit largement utilisée sur des murs réguliers, son principal avantage est qu’elle peut être appliquée sur des murs irréguliers… Notamment en rénovation. Différentes techniques sont possibles, toutes basées sur la fixation de rails métalliques qui assurent le maintien de l’isolant et permettent une fixation aisée du parement en plaques de plâtre. Car, la charpente est généralement métallique, mais il est également possible d’utiliser des éléments en bois.

la contrepartie

Cette solution traditionnelle consiste à plaquer l’isolant contre le mur à l’aide de picots. Montez ensuite un dosseret de maçonnerie en brique de gypse ou en carreaux de gypse. Cette solution a l’avantage d’optimiser le confort et de garantir une finition parfaite.

Les étapes pour isoler les murs de l’intérieur.

1. Fixez un cadre. Les installateurs professionnels appelés plâtriers disposent d’équipements spéciaux spécialement conçus pour gagner un temps précieux dans la réalisation de leurs projets. Ainsi, la perceuse d’un type spécial qui permet, grâce aux supports qu’elle peut porter sur le mur, de percer parfaitement horizontalement. 2. Mettez l’isolant. Commencer à poser les plaques isolantes semi-rigides le long des encadrements de porte pour limiter les coupures et les encastrer dans les lisses hautes et basses. Vous aurez pris soin de les couper d’un centimètre de plus que la hauteur de la pièce. 3. Enfin, vissez les plaques de plâtre. Pour visser les plaques de plâtre sur la chape métallique, celles-ci doivent être maintenues légèrement surélevées par l’appareil qui permet de les manipuler. Ils auront été taillés un centimètre de moins que la hauteur de la pièce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici