Malgré l’utilisation de la brosse à dents, nous portons souvent la durée de vie utile de notre appareil à mâcher. De plus, avoir une mauvaise respiration nasale n’aide pas. Quels risques ces dysfonctionnements font-ils peser sur notre santé? Comment les traiter?

Comme nous l’avons vu à maintes reprises, les dysfonctionnements du système masticateur sont principalement dus à des problèmes mécaniques d’occlusion dentaire et à nos parafonctions, conséquence de notre stress quotidien, de l’anxiété ou du malheur. Mais l’obstruction nasale jouerait également un rôle important. En effet, chez l’enfant, la respiration nasale permet l’expansion du volume du nez, des sinus paranasaux et du palais. Par conséquent, si cela n’est pas fait correctement pendant la croissance… Il existe un risque de développement anormal des mâchoires et des sinus paranasaux. Ainsi, le volume restreint de la « boîte à langue » et le blocage de la mandibule derrière un petit maxillaire créent toutes les conditions favorables à l’apparition et au maintien de ces dysfonctionnements. Les symptômes, le plus souvent chroniques et accompagnés de douleurs, fluctuent dans le temps… Plus ou moins cycliquement.

Symptômes à différents niveaux

Les muscles :

Des contractions anormalement répétées des muscles masticateurs, sans phases de repos suffisantes, entraînent une consommation excessive d’oxygène associée à une faible évacuation du gaz carbonique. La formation d’acide lactique dans les cellules musculaires peut provoquer des crampes et des douleurs au niveau des muscles de la mastication, du cou ou encore des épaules, mais aussi des maux de tête. Certaines personnes se plaignent d’un blocage des mâchoires au réveil, d’une limitation des mouvements de la mâchoire, de claquements dans les articulations lors de l’ouverture de la bouche.

Dents et brosse à dents :

Les forces excessives exercées par la contraction des mâchoires peuvent déclencher des douleurs dentaires, mobiliser certaines dents et surtout altérer l’émail. Les facettes d’abrasion, synonymes d’usure de l’émail, sont facilement reconnaissables. L’expression « ronger les dents » illustre bien cet état. L’inconfort causé par la perte de volume de l’émail, notamment au niveau antérieur, peut perturber la prononciation… Conduire à une perte de confiance en soi et, chez certaines personnes, à un véritable retrait social.

Les articulations temporo-mandibulaires :

Les dysfonctions articulaires peuvent provoquer des douleurs auriculaires et musculaires irradiant vers l’œil et le sinus maxillaire. L’extension du spasme aux muscles du palais mou et du tympan peut expliquer la présence d’acouphènes ou la sensation d’oreilles bouchées.

Répercussions sur la posture à travers l’os hyoïde

Pourquoi? Car des défauts de maillage des arcades dentaires ou une déglutition dysfonctionnelle affecteraient négativement l’orientation du « gyroscope du corps », l’os hyoïde. En effet, ses multiples attaches musculaires le relient à la mâchoire, au crâne, aux vertèbres cervicales, aux épaules et au thorax. Il est attaché à plusieurs chaînes musculaires qui relient des zones anatomiques, du crâne aux membres inférieurs. Ainsi, cet os a un rôle primordial dans l’équilibre de ces structures et dans la posture du corps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici