Aujourd’hui, je vous propose de revenir sur la question qui revient souvent dans les bouches et dans les pensées :

Vous allez voir que finalement répondre à cette question n’est pas si simple et que surtout il ne faut pas se laisser guider par les médias et les lobbys. L’évaluation de votre situation est bien trop personnelle pour que quelqu’un d’autre puisse vraiment vous aider à trancher cette question. Au mieux, on peut vous guider pour la prendre mais c’est à vous de prendre en compte un maximum de paramètres.

Des paramètres classiques qui ne sont pas suffisant pour prendre sa décision

Dans l’actualité, on entend que cela : le pouvoir d’achat immobilier augmente. Pourtant lorsque l’on regarde dans le détail les éléments pris en compte, ce n’est pas suffisant pour juger du réel regain d’intérêt que l’on peut porter à l’acquisition d’une résidence et devenir propriétaire.

Ainsi, généralement, 2 paramètres sont pris en compte : les prix et les taux. Mieux, généralement on regarde une évolution sur 2 ans uniquement… je vous laisse juger mais sur des périodes longues, on est plutôt dans des niveaux exceptionnellement hauts en ce moment.

Or dans un marché local, avec des biens de qualité et de services très hétérogènes, il est évident que vous ne pourrez pas vous baser sur ces seuls éléments. Pour être honnête, il est certain que ces seuls éléments ne suffisent pas. Il faut être plus prévoyant.

C’est vrai, vous allez vous engager sur une période longue à rembourser des mensualités, voir engager votre famille et bien d’autres paramètres doivent être abordés pour mieux évaluer la situation et le meilleur moment pour acheter.

Que faudrait-il prendre en compte pour juger de la meilleure période ?

Je vais tenter de faire une liste non-exhaustive de manière à ce que vous puissiez prendre du recul. Attention, il faut l’adapter à votre situation.

  • Le prix : nous l’avons dit, il faut voir tout de même si les prix progressent ou non et si cela reste raisonnable.
  • Les taux : ils comptent tout de même beaucoup pour prendre sa décision car les prix sont tellement élevés que vous devrez emprunter une grande partie du montant du bien.
  • L’apport personnel : au sein de ce point sont renfermées plusieurs autres questions. Mais il faut avoir de l’apport pour acheter et le maximiser.
  • Comparaison achat/location : on y revient dans le point suivant.
  • L’opportunité : la capacité à acheter un bien passe avant mais parfois il faut prendre rapidement sa décision car une affaire intéressante s’offre à vous (attention, je parle d’un vrai coup gagnant).
  • La situation familiale : par exemple, si on est célibataire et que l’on cherche à fonder une famille, on prend un risque à acheter pour ensuite trouver que le bien ne répond plus au nouveaux besoins. Un autre exemple sont tout simplement les tensions au sein d’un couple qui peut mener au divorce parfois.
  • La situation professionnelle : c’est logique, parfois, suivant les tendances économiques, les licenciements et mutations sont plus fréquents. Certaines sociétés sont plus fragiles que d’autres. Vous devez prendre en compte cet élément pour éviter de vous lancer dans une situation qui provoquera un endettement massif.
  • Les taxes et impôts : c’est surtout valable en France. Le propriétaire est considéré comme un riche qui doit payer (c’est dégueulasse je sais). Ce n’est pas grave si vous vous êtes saignés alors que d’autres font flamber les billets… mais c’est le prorprio qui paiera la note. Donc surveillez bien l’évolution de ces charges parfois oubliés au moment d’acheter.
  • La situation géographique : pour le boulot, pour la famille, pour les amis…

Bref la liste est longue et pourrait s’allonger encore et même être plus détaillée.

Finalement la question qui peut revenir souvent :

Des outils pour vous aider à faire votre choix pour passer d’une location à un achat

Là c’est une manière intéressante et plutôt mathématique qui va permettre d’estimer si financièrement cela vaut le coup. Car, oui avant de se poser d’autres question, si financièrement ce n’est pas intéressant, ce n’est pas la peine d’aller plus loin.

Et même si j’aime bien aider les plus pauvre, j’ose le dire : être propriétaire, c’est pas pour tout le monde. C’est triste mais c’est comme cela et c’est aussi pour le bien de la personne qui ne peut pas acheter. Si tu n’as pas les moyens, n’achète pas car il vaut mieux attendre, rester en location plutôt que de s’endetter et se mettre en péril.

En tout cas, il est toujours important de faire une comparaison entre :

  • la location : avec le paiement d’un loyer, le placement d’argent sur des comptes standards, la taxe d’habitation, des charges récupérables
  • la propriété : le paiement d’un crédit, moins d’argent de côté, une taxe d’habitation, une taxe foncière, des charges de copropriété

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here